154 marches

Un vol lourd d’avions, un sifflement aigu, et aussitôt un vacarme d’explosions. Sous le déluge d’acier et de feu, le ciel vire du gris au rouge.
Quittant la ville la plus bombardée de France, la population s’est en grande partie réfugiée dans les environs.
Pensant que Brest tomberait rapidement, 25 000 habitants choisissent de rester. Confinés chez eux, ils vont subir à la fois l’occupation allemande et les bombardements alliés.

pages

Janfi Demolder

Scénariste, dessinateur et coloriste

profil