Le véritable crime de la rue Suffren

Ecoutez peuple de France
Du Brésil, de Tombouctou
De Lambé, de Kérinou
De Brest et de Recouvrance
Les treize couplets sans refrain
Du crime de la rue Suffren

Ainsi commence la célèbre chanson éponyme qui embrasa des générations de banquets, de bordées et autres réunions de famille. Porté par la musique d’Auguste Bécam et les paroles d’Henry Ansquer, le célèbre chansonnier, ce chant de marins aux accents tragi-comiques nous plonge dans le Brest interlope du début du XXe siècle. Mais, en nous racontant le meurtre d’un gabier de la flotte transformé en saucisson, consommé par sa fiancée, qui en mourut empoisonnée, Ansquer n’en fait-il pas trop ? N’avait-il pas plutôt quelque chose à dissimuler ? Une sombre histoire d’espionnage qu’il fallait mieux taire pour préserver l’honneur de l’armée dans un contexte de revan che contre l’Allemagne ?

Alors, écoutez peuple de Brest, la « véritable » histoire du crime de la rue Suffren…

pages

Yan le Gat

Scénariste

Erwan le Bot

Dessinateur et coloriste

profil