Parabole libertaire

«L’An Dix mille… Lochu ? Tu t’rappelles ?»

Tu parles, s’il se rappelle… Dans un rade de Brest, en ce soir d’avril 68, l’anarchiste brestois a la mémoire vive comme la marée, le souvenir large comme une plaine ukrainienne.

René Lochu raconte à Léo Ferré : l’étranger a débarqué avec ses plaies et ses cicatrices. Il s’appelait Nestor Makhno, portait en lui toute une tragédie. Il était comme un chien perdu, rempli d’écume, tout prêt à se suicider !

Alors, on l’a bien sûr adopté.

pages

Bertrand Galic

Scénariste

profil

Gildas Java

Dessinateur et coloriste

profil