Les grues vivantes du port de co’

Depuis des siècles, marine militaire et marine marchande se disputent les hommes et les quais du port de Brest, avec – pendant longtemps – un très net avantage à « La Royale » et à son Arsenal. Vauban aurait même prétendu que Brest était une ville impropre au commerce. Mais le « Port de Co’ » avait au moins le mérite de tolérer les simples promeneurs le long de ses formes de radoub et sous ses grues.

Aujourd’hui, le Port de Commerce et sa partie industrielle ont pris de l’ampleur. Et les barrières aussi. Interdit au public. Il ne nous reste plus que le doux souvenir de nos expéditions aux pieds des grues, qui nous faisaient rêver de voyages ou d’aventures improbables. Cette histoire est née de là, de cette nostalgie pour un espace de liberté devenu inaccessible et mythique.

pages

Denis Rollier

Scénariste

profil

Julien Lamanda

Dessinateur et coloriste